Tag Archives: réseaux sociaux

Le poids des réseaux sociaux sur la radicalisation

7 Mar

Voici notre sélection d’articles autour de la radicalisation sur les réseaux sociaux :

Tuerie d’Orlando : Des familles de victimes attaquent Facebook, Twitter et Google (L’Express, 21/12/2016)

RESUME : Cet article parle de la radicalisation d’Omar Mateen. Celui-ci est l’auteur de l’attentat d’Orlando.Les familles des victimes portent donc plainte contre Facebook, Twitter et Google. Elles leur reprochent d’avoir « procuré au El des comptes, que ses membres ont utilisé pour partager leur propagande extrémiste, collecter de l’argent et attirer de nouvelles recrues ». Ces plaintes sont nombreuses mais n’aboutissent que très rarement.


Djihadisme : une commission britannique accuse Google, Twitter et Facebook de passivité (Le Monde, 25/08/16)

RESUME : Selon une commission du Parlement britannique, les efforts fournis par Google, Twitter et Facebook contre le djihadisme sont insuffisants : « Les efforts de certains réseaux sociaux pour limiter la propagande djihadiste, comme la suppression par Twitter de 360 000 comptes depuis 2015, ne représentent qu’une « goutte dans l’océan » ». Cette commission pointe le fait qu’il n’y a pas assez d’employés pour surveiller les milliards de comptes.


Twitter a suspendu 125.000 comptes à « contenus terroristes » (Le Figaro, 06/02/2016)

RESUME : Dans le cadre de la lutte contre les « contenus terroristes », Twitter a supprimé 125.000 de ses utilisateurs en huit mois. Cela montre donc que ce réseau social semble assez actif contre le djihadisme. Les efforts fournis par le réseau social auraient été accélérés par les attentats de Paris et de San Bernardino. Facebook et YouTube auraient une politique similaire à celle de Twitter.


Le terrorisme sur Internet, « une question de moyens plus qu’une question législative » pour Ciotti (Le Monde, 30/10/2016)

RESUME : Selon Eric Ciotti, partisan des Républicains, nous manquons de « moyens technologiques » et de « moyens humains ». Pour lui, il faudrait donc « recruter des spécialistes, des ingénieurs, des analystes ». M Ciotti dénonce les applications Telegram et WhatsApp qui permettent une confidentialité trop élevée pour surveiller les communications des djihadistes.


Islamisme sur Internet : le gouvernement et des géants du web organisent la contre-propagande (Les Echos, 14/03/2016)

RESUME : Les géants du web voudraient lutter contre la propagande islamiste avec de la contre-propagande : « Lutter contre la propagande par la propagande ». Pour cela, l’ISD (Institut pour le Dialogue Stratégique) va par exemple diffuser des témoignages de djihadistes repentis au Canada. Ceci devrait sûrement être appliqué en Allemagne et en Grande-Bretagne.


La Turquie surveille 10 000 individus sur les réseaux sociaux (L’Express, 24/12/2016)

RESUME : Le ministère de l’Intérieur turc serait en train de surveiller 10 000 personnes. Elles sont soit soupçonnées d’activités terroristes, soit soupçonnées d’injure au gouvernement turc. Suite à l’assassinat de l’ambassadeur de Russie, les réseaux sociaux auraient été perturbés. Mais malgré cela, une vidéo de l’État Islamiste a été abondamment commentée sur les réseaux sociaux.


COURANT Mathis et RONCERAY Tanguy

Vie Personnelle & Réseaux Sociaux

28 Fév

Voici notre sélection d’articles autour du thème de la vie privée sur les réseaux sociaux :

Ne publiez jamais une photo de votre billet d’avion sur les réseaux sociaux (L’express, 29/12/2016)

lexpress

 

D’après la 33ème réunion annuelle des hackers, il est possible de se faire pirater à partir des simples informations indiquées sur un billet de vol. A partir de cela, il leur est possible de changer votre horaire de vol et le mot de passe de votre compte personnel, de connaître votre identité personnelle ainsi que vos coordonnées bancaires.


Facebook teste un nouvel outil de lutte contre les fausses informations (Le Figaro, 15/12/2016)

le_figaro_logo-svg

Suite à la polémique des fausses informations durant l’élection présidentielle américaine, Facebook permettra prochainement à ses utilisateurs de signaler les informations frauduleuses affichées sur le réseau social. Cette mise à jour concerne notamment la publication mensongère qui sera signalée par une icône mais toujours partageable.


Corriger ses tweets après publication? Twitter y « réfléchit beaucoup » (L’express, 30/12/2016)

lexpress

Quand on leur demande la fonctionnalité qu’ils aimeraient voir sur Twitter en 2017, les utilisateurs répondent majoritairement la modification des tweets déjà publiés. Le cofondateur et directeur général de Twitter, a déclaré que la modification des tweets était « clairement un besoin ».


Une personne sur dix déforme la réalité sur les réseaux sociaux (Le parisien, 12/01/2017)

parisien

D‘après une étude mondiale de Kaspersky Lab sur les habitudes des internautes sur les réseaux sociaux, il arrive fréquemment aux utilisateurs de déformer la vérité pour se mettre en valeur et satisfaire leur amour-propre. Entre la peur que les visiteurs n’aiment pas notre publication, de mentir sur le lieu où l’on se trouve ou encore de diffuser des images compromettantes sur notre patron ou nos collègues, jusqu’où est-on capable d’aller pour une reconnaissance sociale ?


Amis réels ou amis virtuels ? (Sciences Humaines, avril 2016)

sciences-humaines

D’après la plupart des utilisateurs des réseaux sociaux, ceux-ci nous permettent d’agrandir notre cercle d’amis. Mais d’après une étude anglo-saxonne qui a comparé un groupe d’utilisateurs réguliers des réseaux sociaux et un autre d’utilisateurs ponctuels, ces deux groupes ont à peu près le même nombre d’amis. Notre idée reçue est donc démentie par une explication assez simple : les critères dans le choix de nos « amis » sont tournés vers le partage de valeurs dans la vie « réelle » alors que dans la vie « virtuelle » elle se base sur la personnalité, le genre et particulièrement sur l’âge.


Facebook: attention, les faux posts pour protéger sa vie privée sont de retour (l’Express, 17/01/2016)

lexpress

Chaque année, des messages circulent sur Facebook pour proposer aux utilisateurs de signifier à Facebook leur refus de l’utilisation de leurs informations personnelles. En copiant-collant ce message et en invitant ses contacts à faire de même, l’utilisateur serait à même de refuser l’utilisation par Facebook d’un certain nombres d’informations personnelles. La Commission Nationale de l’informatique et des Libertés rappelle que ce procédé n’a aucune valeur juridique. En effet, l’utilisation par Facebook des données personnelles ne se refuse pas par une simple déclaration écrite, contrairement à ce qu’indiquent peut-être certains de vos amis sur ce réseau social.


Donald Trump, l’autre président des réseaux sociaux (Le Figaro, 11/11/2016)

le_figaro_logo-svg

Donald Trump était très présent sur les réseaux sociaux, il faisait des déclarations, et un fan club était présent pour lui répondre. Mais quelques jours avant son élection, il publiait trop d’après son équipe de campagne. Pour Trump les réseaux sociaux sont ses armes pour faire passer ses messages et répondre aux commentaires méchants. Obama a été surnommé « président Facebook », quelques années plus tard, Trump étant accro à Twitter fait de même. En un an, 282 personnes ont fait l’objet de ses tweets injeureux, des avocats, des femmes, des médias, une miss univers et surtout Hillary Clinton.


Elle attaque ses parents en justice pour des photos d’elle sur Facebook (L’express, 20/09/2016)lexpress

Des parents autrichiens ont mis des photos de leur fille bébé pendant qu’ils lui changeaient sa couche, ou qu’elle était sur le pot. Mais, à sa majorité elle attaqua ses parents pour violation de la vie privée. « Ils ne connaissent ni la honte, ni les limites, et s’en fichent si c’est une photo de moi assise aux toilettes ou nue dans mon berceau -toute ma vie a été photographiée et rendue publique », explique la jeune femme au journal autrichien The Local. Elle gagnera alors le procès.


Plainte contre Twitter, Google et Facebook après la tuerie d’Orlando (Challenges, 21/12/2016)challenges

Des familles de victimes de l’attentat d’Orlando dans une boîte de nuit, ont décidé de porter plainte contre Twitter, Facebook et Google. Ces familles reproches que les terroristes, ici des djihadistes de l’État Islamique (EI), ont pu communiquer. Mais surtout les 3 sociétés « ont fourni au groupe terroriste EI des comptes leur permettant de diffuser leur propagande extrémiste, de lever des fonds et d’attirer de nouvelles recrues ». Seulement deux de ces sociétés ont répondu de façon plus ou moins convaincantes.


Le candidat Mélenchon crève l’écran sur YouTube (Le Monde, 28/12/2016)le_monde-svg

Certaines personnes mettent en avant leur vie personnelle sur les réseaux sociaux mais d’autres comme Jean-Luc Mélenchon préfèrent parler de leur vie politique. Il avait donc créé une chaîne YouTube mais depuis fin Octobre son nombre d’abonnés est en forte croissance et en 2017 il a atteint plus de 150 000 abonnés. Mais est-ce toujours favorable ? En félicitant le 4 décembre Cyprien, qui anime une très populaire chaîne humoristique, pour son dix millionième abonné, Jean-Luc Mélenchon s’est attiré une série de messages très critiques, l’accusant d’opportunisme ou soulignant que Cyprien a été par le passé épinglé pour des publicités déguisées dans ses vidéos.


WhatsApp accusé de mal protéger les communications de ses utilisateurs : le vrai du faux (Le Monde, 16/01/2017)

le_monde-svg

Le quotidien britannique The Guardian a publié un article accusant WhatsApp, d’avoir laissé une vulnérabilité informatique dans son application, permettant, sous certaines conditions, d’accéder à des messages chiffrés de ses utilisateurs.
Il y a beaucoup de contradictions dans le jugement. Tout est à l’origine d’une option qui serait le problème. Elle permettrait de retrouver ses messages si l’on change de téléphone mais ce serait une faille. Mais d’après les spécialistes WhatsApp reste une solution sécurisée de messagerie, l’une des plus efficaces après Signal.


Sur les réseaux sociaux, les hommes sont plus fourbes que les femmes (Le Parisien, 12/01/2017)

parisien

D’après une étude Kaspersky Lab, les utilisateurs des réseaux sociaux, les hommes en particulier, sont prêts à tout pour devenir populaires. Ils seraient prêts à dévoiler de façon exagérée leur vie privée mais aussi de porter atteinte à celles des autres.  D’après des pourcentages, les hommes sont prêts à publier des photos d’eux dénudés ou même d’amis, diffuser des rumeurs, mentir sur les endroits de leurs vacances voire d’où ont été prises leur photos et ont besoin d’un grand nombre de « likes » ainsi que leurs amis réagissent à leurs publications. Dans tous ces cas, les hommes sont les plus concernés.


Par Gensana Manceau et Laure-Anne Bouet